À deux

A deux, un couple âgé s'entraide

À deux

Lightroom est un outil bien pratique pour fureter aux travers des planches contacts (numériques 😉). Le travail sur cette base fait apparaître des similitudes, des approches identiques, des séries apparaissent. Il y a déjà la fête foraine, le musée, les berges de la Garonne, et peut être une petite nouvelle : À deux. Un homme, une femme marchent l’un à coté de l’autre. De tous les âges, de toutes les conditions, le rites est immuable. Les attitudes, les regards sont identiques. Souvenez vous de Jour de pluie, Je suis venu te dire que je m’en vais, le bisou…

Toujours la même chanson

Des balades faites, je suis souvent derrière un couple. J’ai remarqué plusieurs attitudes. Par la main ou par le bras, le pas est en général assez lent, il profite, à deux, d’un moment de détente. Très proche, l’un à côté de l’autre, suivant la lenteur du pas, on peut encore être dans le partage d’une promenade. Au fur et mesure que le pas accélère, conjugué avec une discussion, le thème est la rencontre et la discussion. Si le pas est vif et le partage verbal absent, le couple doit aller faire une démarche administrative rébarbative. J’aime assez une autre catégorie, celle des personnes âgées lors d’une promenade dominicale. Ils se tiennent par le bras, pas seulement en guise d’affection mais pour s’aider mutuellement, se soutenir. Coûte que coûte, c’est à deux que l’on s’en sortira. Le mythe d’Aristophane s’est évanoui. La passion fait place à une relation basé sur la joie d’être avec l’autre, d’en prendre soin.

Une bien jolie preuve d’affection

Revenons sur le cliché d’aujourd’hui, pas de point fort, mais j’aime la composition avec les deux personnages sur les bords qui complètent l’image et se répondent. La position du bras traduit toute l’attention qui est portée au conjoint. Sur ces bonnes paroles, je retourne dans la douce chaleur de la couette. N’hésitez pas à faire une tour sur la page facebook pour ses petites infos. et inscrivez vous pour ne manquer aucun rendez vous.

2 commentaires

Laisser un commentaire