Chiens perdus sans collier

Chiens perdus sans collier

Chiens perdus sans collier

Bordeaux, un jour d’avril, je rentre vers mon home sweet home. Je ne quitte que très rarement mon appareil en ce moment. Fidèle à mes principes, j’avance doucement (important) en me laissant capter par la ville. Je porte une attention particulière à mon environnement plutôt qu’à mes petits problèmes, bref ce que j’ai déjà abordé dans « Trouver l’inspiration ».
Donc mon appareil est dans ma main, allumé, préréglé sur une focale f/8 environ, en priorité ouverture. Suivant la luminosité du lieu, je modifie le diaphragme régulièrement pour éviter les vitesses trop lentes.
Voilà que mes pas descendent la rue des Remparts. Je traverse en direction de la place Pey Berland, lorsqu’un petit chien, un caniche, entre dans mon champ de vision. Il est à 3 mètres de moi. Une impression m’envahit; je dois faire une photo. L’appareil au bout du bas, sans cadrer, je déclenche au passage, sans trop savoir ce que je fais. Il continue son chemin de son coté, moi du mien.

Pourquoi avoir choisit comme titre « Chiens perdus sans collier » ?

Ce petit chien reste dans ma mémoire quelques instants. Je me dis qu’il est peut être perdu. Il ne semble pas avoir de laisse et avance avec peine, la tête basse. J’ai bien remarqué son collier en forme de harnais et une pensée traverse mon esprit : il n’est pas sans collier. Sentence que j’associe de suite (la mémoire est bizarre) à : « Chiens perdus sans collier ».
Roman à succès dans les années 50 qui est devenu un film de Delannoy sur le thème de la délinquance des mineurs.

Le Film

Bien loin des attitudes de mentons relevés de nos politiques actuelles, l’action du film présente le sort de gamins issus de milieux sociaux défavorisés qui commentent des délits. Une institution et un juge des enfants, dévoués corps et âme les aident à imaginer et réaliser un avenir. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.