La fête foraine sous les auspices de la Concorde de la fontaine des Girondins

La Concorde de la fontaine des Girondins protège la fête foraine

Un petit tour du coté de la Fraternité et de la Concorde

Les beaux jours reviennent. Les jours rallongent. Les lunettes de soleil se posent sur le nez. Et les fêtes foraines éclosent. Mon périple au travers des rues de Bordeaux,à chercher l’inspiration et deux ou trois clichés me conduit aux bords de la Garonne. Je ne sais pourquoi, mais je suis toujours attiré par le fleuve. A proximité s’étend la place des Quinconces habitée par le château Trompette jusqu’en 1818. Elle héberge, en ce mois de mars, la fête foraine. Plus à l’intérieur, la fontaine des Girondins surplombe les lieux avec le triomphe de la République et de la Concorde.

Triomphe de la Fraternité et de la Concorde

Intéressante, elle glorifie le triomphe de la République, sortant des flots entourée du Travail (le forgeron) et de la Sécurité (femme au glaive avec un lion) rejetant dans les flots le Mensonge (il tient un masque), l’Ignorance (oreille d’âne, fastoche) et le Vice (j’ai du mal à comprendre la position du personnage).
Du coté jardin public, le char du triomphe de la Concorde pour la Paix et le Bonheur sort des flots. Elle protège la Fraternité symbolisée par le bourgeois et l’ouvrier qui sympathisent (faut pas pousser …). L’Abondance répand les fruits de la terre comme de coutume. Chérubins et Grâces complètent le tableau pour le Bonheur et la Vie.

Une tribune pour ma série

La tribune offre un endroit idéal pour continuer la série sur la fête foraine. Un peu surélevée, calme, les stands s’offrent à moi. La Kermesse comme on le dit dans le Nord est une messe. Elle assemble les habitants dans un moment de détente. Son beffroi, son clocher : la grande roue. Elle est visible à des kilomètres. Rive droite, dans le tram, sur le pont de pierre, des quais elle symbolise le lieu. Comme une cloche appelle les fidèles; l’ouverture des festivités ne peut avoir lieu que si elle tourne.

Une découverte

J’observe la grande roue et la Concorde et je découvre enfin l’angle d’une photo régulièrement faite. La main de la Concorde au centre de la roue. Le cliché donne l’impression que la statue active la roue dans une ronde effrénée. C’est ballot, je ne vais pas refaire une photo si bien faite. Tout comme je ne vous re-propose pas l’arbre aux pendus, même si celle que j’ai tirée me semble meilleure. Tout cela se négociera dans le portfolio. Non, j’ai préféré reprendre l’idée de la Concorde protégeant la fête.

Le brin d’olivier et la grande roue pour la Fraternité, la Joie et le Bonheur de tous.

Bonne fête les amis, mais avant n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter. Un petit Shoot pour se tenir au jus.

4 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.