L’histoire terrifiante du Millennium Bridge

Le pont piéton Millennium Bridge

Le Millennium Bridge

Le Millennium Bridge est un pont piéton qui enjambe la Tamise devant le Tate Modern pour rejoindre la cathédrale St Paul. Les ponts piétons sont très rares dans les grandes villes. Quitte a dépenser de l’argent, autant en faire profiter l’ensemble des véhicules. Mais depuis les années 2000, les moyens de transports doux sont à l’honneur. À Paris, le pont des Arts, rendez vous de tous les amoureux qui veulent sceller leurs unions, ou la petite dernière passerelle Simone de Beauvoir illustrent bien ce mouvement. Le Millennium Bridge, inauguré en 2000, s’insère dans ce mouvement. Il a la particularité d’être construit dans l’alignement avec la cathédrale St Paul. Elle se retrouve exactement encadrée par les montants du pont. Le coin est très agréable, c’est une fenêtre du Tate Modern que j’ai découvert cette vue pleine de sérénité. Le lieu doit attirer de nombreux londoniens par beau temps, et même un peu trop…

La terrifiante histoire.

La construction débuta en 1998 pour se terminer par un petit dépassement du budget de plus de 2 millions de livres. Les câbles sont implantés plus bas que la plateforme pour des contraintes de hauteur. Les jours suivants l’inauguration, des milliers de Londoniens se précipitèrent pour l’arpenter d’une rive à l’autre. 90 000 personnes (une marche caritative avait été programmée) et jusqu’à plus de 2 000 personnes en même temps empruntèrent la passerelle. Mais la stabilité latérale n’était pas au rendez vous et avait été sous estimée. Le pont commença un balancement latéral accentué par les piétons. Nos militaires connaissent bien ce phénomène depuis la célèbre catastrophe du pont de la Basse-Chaine et je vous invite à visionner cette vidéo terrifiante du pont Tacoma

Les oscillations latérales du Millennium Bridge furent accentuées par les piétons eux mêmes qui, pour tenir leur équilibre, synchronisèrent leurs pas sur les oscillations. Même peu chargé, ce comportement des piétons entretenait les oscillations. Le pont dû être fermé au public après deux jours d’utilisation ! À 20 millions de livres, cela fait cher la journée… Un surnom surgit Wobbly Bridge (pont bancal), c’est peu dire ! Etudes, calculs, travaux de mise en place d’amortisseurs hydrauliques et de masse permirent de contrôler les oscillations horizontales et latérales. Le pont fut ré-ouvert en février 2002, deux ans parés son inauguration. Si le cœur vous en dit, le portfolio continuer la promenade avec le Portfolio sur Londres, et le reste des histoires sur il était une fois l’Angleterre.

Je publie gratuitement un WebZine, Zine Cahier photographique. Pourquoi ne pas aller le découvrir ?

3 commentaires

    1. Merci bien, j’ai un peu évolué depuis quelques années et peut être aussi par le passage au numérique. Je préfère retrouver de la définition et des « couleurs » de gris à du contraste très noir et blanc.

      1. Eh bien, je m’y retrouve très bien, dans ce choix 🙂 Outre le cadrage, qui vous inspire souvent, cette palette de gris subtils est une des raisons pour lesquelles j’aime vos clichés. A bientôt !

Laisser un commentaire