Miroirs

L'effet des miroirs, un grand classique !

Manifestation du 1 mai

Une belle manifestation que celle du 1 mai sur Bordeaux. Du monde, du muguet et l’occasion de revoir des ami(e)s. Et puis il y a des photos de manif, pas trop cette fois et rien de bien sympa. Je n’avais pas dû partager celle de l’année dernière ou alors elles ont disparues lors de la migration du site. Je vous ai concocté un petit florilège.

Les antiquaires sont à Bordeaux

L’air printanier s’ajoute à mon envie de poursuivre ma balade dans les rues de Bordeaux. J’ai besoin de galoper pour faire des photos ! Je file au cœur de la ville et mes pas s’arrêtent place des Quinconces. Des baraquements sont érigés. Les antiquaires sont là !
Au détour d’une allée, un exposant à eu l’idée d’agrémenter la façade de son box de miroirs et de vieilles chaises. L’effet cabanes d’ostréiculteurs du bassin d’Arcachon est saisissant.
Mais qui dit miroirs, dit photos !

Les miroirs

L'effet des miroirs, un grand classique !
L’effet miroirs Bordeaux 2018

Je ne suis resté que quelques minutes. Juste histoire de collecter quelques passants…
Puis vient le moment, une fois rentré chez soi, de se pencher sur cette étrange fonction du miroir : réfléchir.

Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu plus avant de renvoyer les images.1

Sage précepte qui ne devrait pas être porté que par les miroirs. Sans se précipiter sur le symbolisme du miroir dans les sciences et la littérature, j’ai découvert un petit poème de Jean Joubert qui sied très bien à mes élucubrations matinale.

Le miroir se souvient des visages
le miroir se souvient des milliers des visages
qui se sont posés sur lui
comme des papillons, un instant, sur leur reflet
se posent, puis mortels sont emportés
par le vent qui les efface:
visages d’enfants, d’hommes, de femmes,
de vieillards,
visage velu d’un chien,
parfois visage d’un fantome,
penché sur une épaule,
et qui regarde
de son regard sans yeux
dans le miroir
les innombrables visages,
les innombrables feuilles
de cette foret de visages.
Ah! miroir, foret d’images ,
empire de la mémoire,
rends-moi le jeune visage
de celle qui jadis dans cette chambre
vers ton eau profonde se pencha
et dénoua, pour la première nuit, sa chevelure.

Le miroir. Jean Joubert

N’oubliez pas d’aller voter pour la couverture de Zine, le Cahier photographique à paraître la semaine prochaine.

  1. Jean Cocteau

Laisser un commentaire