Le pont de la Palombe Bleue

Le pont de la Palombe Bleue détruira ce vieux bâtiment des anciens ateliers de Bordeaux.

La Palombe ou le pigeon ramier

La palombe est un oiseau bien connu dans le Sud Ouest. C’est une sorte de grand pigeon ramier à la robe d’un bleu clair tirant sur le gris. Tous les ans, elle franchit les Pyrénées pour hiberner dans la péninsule ibérique. Ce passage est une tradition de l’automne. Les aficionados gardent leurs jours de vacances d’été pour les passer dans des palombières à attendre le volatile. Des appeaux et un solide casse-croûte arrosé permettent la tenue du siège. Surtout que certains abris peuvent se révéler être de véritables « Home Sweet Home » avec télévision, garage, cuisine et même un lieu pour dormir. Plusieurs techniques de chasse : elle se fait à l’aide de filets, au fusil ou avec l’utilisation de la pantière.
Cette dernière utilise un filet dressé verticalement. Ensuite la méthode utilisée  consiste à forcer chez la palombe une manœuvre d’évitement d’un prédateur. La palette de bois blanc lancée au dessus du vol imite l’épervier plongeant. En effet, il attaque toujours à vive allure en passant sous le vol de palombes, remonte au dernier moment pour planter ses serres dans le poitrail du pigeon. L’esquive de la palombe consiste à plonger au plus prés du sol limitant l’action du prédateur. Et là le filet l’attend !

La palombe bleue

La palombe bleue c’est aussi un train de nuit mythique. Il assurait la liaison au départ d’Irun, Hendaye, Bayonne pour une arrivée aux premières heures de la journée dans la capitale. Il empruntait le corridor de la palombe et comme tous les trains de nuit sa livrée était bleue nuit. D’où son nom la palombe bleue. Il n’est pas le seul avoir eu un petit nom. Aujourd’hui disparus, ces noms apportaient une proximité avec les voyageurs. Ils ne prenaient pas le train, ils prenaient la Palombe bleue, l’Occitan, le Train Bleu, l’Armor, la Capitole… C’est tout de même autre chose que de prendre un Oui-TGV.

Le pont de la palombe bleue

De la fenêtre de mon bureau, je surveille journalièrement  l’avancement des travaux de construction d’un pont au sud de la gare de Bordeaux. Il franchira les voies sur plus de 180m pour relier les deux futurs quartiers de Bordeaux Euratlantique : Armagnac et Amédée St Germain. Il doit son nom au train des gens du Sud Ouest : La Palombe Bleue.
Lorsque je vais au boulot, je traverse une vaste zone en friche qui attend l’arrivée du pont. Je longe, ce qui était il y a plusieurs années, le site d’entretien du matériel de Bordeaux. Plus de 2 000 personnes y ont travaillé. Il ne reste que ce bâtiment condamné. Demain, la Palombe bleue franchira les voies et annoncera la destruction de ce vestige qui lui barre le chemin. Il ne restera plus rien du site d’entretien des trains comme la Palombe bleue.

Si l’univers ferroviaire vous tente, j’ai commis quelques phots sur le sujet de la gare de Bordeaux, Départ immédiat, le temps nous est gare , Hall 3,  Le fantôme de la gare de Bordeaux, … et inscrivez vous au zine bimestriel

 

3 commentaires

  1. Salut Latourte, la Palombe bleue ça sonne « nom de restaurant ». Pour les trains, c’était « Le » Capitole, fameux train rouge Paris-Toulouse …. (Toulouse Paris dans l’autre sens)

    1. Le Capitole, LE train, souvenirs de jeunesse. J4ai souvent utilisé l’Occitan comme beaucoup de travailleurs immigrés à Paris.
      Il y avait aussi l’Aunis, l’Aquitaine, l’Etendard, le Puerta del Sol, Le Talgo qui roulait il n’y a pas si longtemps.
      Mine de rien, c’était sympa des noms aux trains.

  2. Coucou ! Merci pour ton passage chez moi et ton commentaire. De quelle photo parles tu concernant la base sous-marine ? Me suis abonnée chez toi : j’adore ! Lena (enfin…Helene !)

Laisser un commentaire