Flâneries le long du quai de Bordeaux

Quai de Bordeaux : la sieste

Quai de Bordeaux

Lors du dernier billet, j’abordais mes promenades le long du front de mer d’Arcachon. Aujourd’hui, je vous propose une autre petite flânerie emblématique de la Gironde : la promenade le long du quai de Bordeaux . 4,5 km avec ses magnifiques façades du XVIII siècle, si belles que le patrimoine mondial de l’UNESCO décide d’ajouter ce lieu à sa liste. Ce cadre idyllique, et au delà des balades, est propice à toutes sortes de pratiques. La municipalité y trouve ainsi un lieu idéal de rassemblement et de nombreuses autres activités fleurissent : fête du fleuve, du vin, danse, concert, marché et aussi pique nique et farniente.

Quai de Bordeaux : un peu d’histoire

En 1743, le marquis de Tourny succède à l’intendant Claude Boucher. Inchangé depuis des siècles , le quai de Bordeaux connait un des plus vaste chantier d’urbanisme du XVIII.  L’opposition des bordelais ne retardent guère les travaux. Un ensemble d’immeubles audacieux et modernes pour l’époque masque les anciens remparts et les masures qui s’y étaient accrochées. Le résultat est une réussite. Les façades des immeubles épousent magnifiquement la courbe de la Garonne. Malheureusement, le temps passe et le modernisme du XX siècle, peu à peu, fait oublier au Bordelais l’existence du front de Garonne. Les voies rapides et autres pénétrantes representent l’alpha et l’oméga de l’urbanisme de cette époque. L’ouverture de la ville sur son fleuve se referme.
Il y a toujours des bouleversements dans l’histoire d’une ville, il est heureux que les travaux du tram permirent aux habitants de Bordeaux de redécouvrir la beauté de ce site et de se réapproprier la Garonne.

Quai de Bordeaux : pour une petite sieste.

Les bordelais ne s’y sont pas trompés. Aussitôt les quelques brins d’herbes poussés, les pelouses sont prises d’assaut. Malheureusement, les architectes du projet n’ont pas compensé le pouvoir calorifique de l’immense surface de béton par un peu plus d’ombrage. Ce manque d’ombre sur une bonne partie du parcours concoure à une forte concentration sur les espaces plus frais. Toutes les tendances sont présentes. Modernes avec du jonglage, Yoga ou Tai Chi, traditionnels avec des pique-niques, de la musique, des jeux de société ou juste pour se rencontrer et discuter. Mais l’activité principale sur l’herbe, sur un banc ou un muret, tout seul, à deux ou à plusieurs : c’est la sieste. Il est des dimanches ou pas un espace d’herbe ne reste disponible.
Si, par temps chaud, vous décidez de profiter des quais de Bordeaux pour une petite sieste, venez-y bien avant l’heure… Du genre pour le petit déjeuner…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.