Weekly Photo Challenge : Place in the World

Silence c'est ma solitude

Weekly Photo Challenge

En manque d’inspiration, je me suis dirigé vers un challenge que j’ai un peu délaissé depuis quelques temps : WordPress Weekly Photo Challenge. Le thème de cette semaine est « Place in the world ». C’est l’occasion de feuilleter les planches contacts de ces derniers mois à la recherche d’une idée.

Place in the world

Le sujet est très large et mérite d’être un peu plus précisé. L’esprit est de présenter un lieu qui correspond à sa personnalité, un lieu où l’on sent en sécurité.
Je suis d’un naturel contrariant, j’aimerai plutôt positionner l’individu dans la monde avec sa solitude face à la multitude et le temps qui passe. J’aime assez les photos sur ce thème. Un cliché était tout trouvé, celui de Merideck déjà utilisé ici. Il lui faut maintenant un texte à sa hauteur. Je me suis baladé chez Verlaine, Baudelaire et c’est chez Prévert que j’ai découvert un texte que je ne connaissait pas. Le thème est le désespoir. J’ai eu envie de le partager bien qu’il ne soit pas exactement dans le thème du Weekly Photo Challenge

Le désespoir est assis sur un banc

Dans un square sur un banc
Il y a un homme qui vous appelle quand on passe
Il a des binocles un vieux costume gris
Il fume un petit ninas il est assis
Et il vous appelle quand on passe
Ou simplement il vous fait signe
Il ne faut pas le regarder
Il ne faut pas l’écouter
Il faut passer
Faire comme si on ne le voyait pas
Comme si on ne l’entendait pas
Il faut passer et presser le pas
Si vous le regardez
Si vous l’écoutez
Il vous fait signe et rien personne
Ne peut vous empêcher d’aller vous asseoir près de lui
Alors il vous regarde et sourit
Et vous souffrez attrocement
Et l’homme continue de sourire
Et vous souriez du même sourire
Exactement
Plus vous souriez plus vous souffrez
Atrocement
Plus vous souffrez plus vous souriez
Irrémédiablement
Et vous restez là
Assis figé
Souriant sur le banc
Des enfants jouent tout près de vous
Des passants passent
Tranquillement
Des oiseaux s’envolent
Quittant un arbre
Pour un autre
Et vous restez là
Sur le banc
Et vous savez vous savez
Que jamais plus vous ne jouerez
Comme ces enfants
Vous savez que jamais plus vous ne passerez
Tranquillement
Comme ces passants
Que jamais plus vous ne vous envolerez
Quittant un arbre pour un autre
Comme ces oiseaux.

Jacques Prévert.

WPC

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.